La percée d'Olivier Besancenot par Jérôme Fourquet

Publié le par EMINEM

www.jean-jaures.org

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 1

« Percée électorale », « construit médiatique » ou « phénomène médiatique », les

observateurs et acteurs de la vie politique s’interrogent beaucoup sur le cas d’Olivier

Besancenot et l’écho qu’il rencontre dans le pays. L’objet de cette analyse, basée sur

l’observation des enquêtes d’opinion et des résultats électoraux, est de mettre à jour

les logiques d’opinion à l’oeuvre dans ce phénomène politique.

Premier constat, comme on peut le remarquer sur les deux graphiques suivants, la

popularité élevée (plus de 60 % d’opinion favorable dans le Baromètre Ifop/Paris

Match de mai 2008) ne s’est pas construite ces dernières semaines ou ces derniers

mois. Il s’agit d’un mouvement plus ancien et la progression depuis la présidentielle

de 2002 s’est faite par palier à l’occasion de trois événements politiques majeurs. Il

s’agit, tout d’abord, du référendum sur la Constitution européenne, puis quelques

mois plus tard du conflit sur le CPE et enfin de la présidentielle de 2007, où Olivier

Besancenot s’est imposé dans les urnes comme le principal représentant de la gauche

de la gauche. Cette victoire politique et symbolique a d’ailleurs entériné comme

un passage de témoin (ou un changement de génération) entre son aînée Arlette

Laguiller et le jeune facteur de Neuilly, qui la devance depuis cette date en termes

de popularité parmi les sympathisants de gauche.

jerome.fourquet@ifop.com

* Directeur adjoint

du département Opinion et

Stratégies d’entreprise

à l’IFOP.

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 2

www.jean-jaures.org

première « poussée »,

la campagne référendaire de 2005

Si l’on remonte quelques années en arrière, la première « poussée » en termes de

popularité pour Olivier Besancenot se produit lors du référendum de 2005 sur la

Constitution européenne. Il passe ainsi auprès des Français de 38 % d’opinion

favorable en avril à 46 % en juillet, cette progression étant plus fulgurante encore

auprès des seuls sympathisants de gauche : de 35 % à 65 %, soit une hausse de 30

points. Ceci démontre bien rétrospectivement qu’une forte dynamique du « non » s’est

déployée dans l’électorat de gauche. Nourri notamment par une critique antilibérale

du texte et par une défense des services publics à la française, le front du « non de

gauche » a trouvé en Olivier Besancenot un de ses principaux porte-drapeaux aux

côtés de Marie-George Buffet et de Laurent Fabius. Comme on peut le voir sur le

graphique suivant, dès cette période où beaucoup de choses se sont jouées à gauche,

le leader de la LCR a creusé l’écart dans l’opinion avec son concurrent de LO.

Une progression à la suite du référendum dans les catégories traditionnellement les plus

distantes de la politique et parmi la gauche de la gauche

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 3

www.jean-jaures.org

La progression d’Olivier Besancenot, qui a su tirer profit de son rôle actif et de sa forte

exposition durant la campagne du « non » a été particulièrement sensible dans les

milieux populaires, chez les jeunes et les femmes, soit les catégories habituellement

les moins politisées. Par ses arguments, il a donc su sensibiliser et intéresser des

populations potentiellement critiques à l’égard du libéralisme et de la mondialisation

mais qui s’étaient progressivement retirées du champ politique. Parallèlement,

le leader de la LCR a, lors de cette campagne, conforté son audience auprès des

soutiens de l’extrême-gauche, marqué des points dans l’électorat communiste au

point d’y atteindre plus de 70 % de bonne opinion en septembre 2005 et progressé

chez les sympathisants socialistes, où il franchit la barre des 50 % de bonne opinion

à l’occasion du référendum.

Seconde étape, le conflit du CPE

Autre moment marquant de notre vie politique et sociale récente, le conflit du CPE

a eu, lui aussi, de par son intensité et sa durée, un impact important sur la popularité

d’Olivier Besancenot. Il est ainsi passé de 44 % à 50 % de bonne opinion dans le

grand public entre janvier et avril 2006 et de 55 à 66 % auprès des sympathisants de

gauche. Cette progression a ainsi notamment permis au porte-parole de la LCR de

s’imposer, aux yeux des sympathisants de gauche, comme le principal représentant

de l’extrême-gauche, loin devant Arlette Laguiller, Marie-George Buffet ou bien

encore José Bové, cette situation annonçant de manière un peu prémonitoire l’état

du rapport de force à la gauche de la gauche au soir du premier tour de l’élection

présidentielle un an après.

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 4

www.jean-jaures.org

Si l’on regarde dans le détail, il est intéressant d’observer que le gain de popularité

d’Olivier Besancenot s’est opéré de manière progressive tout au long du conflit,

notamment pour les deux catégories politiquement et statistiquement importantes

que sont les sympathisants socialistes et les ouvriers.

Une progression régulière de la popularité d’Olivier Besancenot parmi les ouvriers et

les sympathisants socialistes durant tout le conflit du CPE

Au terme de ce conflit, la popularité du leader trotskyste est sortie renforcée dans

bon nombre de segments de la population mais particulièrement dans son « coeur de

cible » : les catégories populaires, les jeunes actifs (25-34 ans) et les sympathisants de

gauche, PC et PS compris, avec une intensité toute particulière parmi les électeurs

du « non de gauche ». A un an d’écart avec le référendum, le même mécanisme s’est

donc reproduit globalement auprès des mêmes publics avec une intensité renouvelée,

permise par un phénomène de répétition rapprochée dans le temps.

Une progression parmi les ouvriers et les sympathisants socialistes

durant le conflit du CPE.

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 5

www.jean-jaures.org

Ces différents indices – progression par palier à l’occasion d’événements politiques

importants dans lesquels Olivier Besancenot a joué un rôle actif, consolidation et

élargissement des soutiens depuis l’extrême-gauche vers les catégories populaires

et des fractions importantes des autres composantes de la gauche et capacité à

apparaître dans les enquêtes comme le principal représentant de la gauche de la

gauche (en distançant largement ses concurrents) – nous incitent à penser qu’il s’agit

là d’un phénomène politique construit, solide et durable et non pas d’un effet de

mode médiatique. Bien entendu, l’intérêt des médias et la place importante qu’ils

accordent au dirigeant de la LCR ne sont pas sans effet et viennent renforcer et

amplifier ce mouvement, qui s’appuie néanmoins sur des logiques profondes et

datant désormais de plusieurs années.

Présidentielle 2007 : Olivier Besancenot, un candidat

différent des autres

Les données du Baromètre Politique Français, grande enquête de l’Ifop menée pour

le Cevipof, permettent de mieux cerner quelle était l’image dont jouissait chacun

des principaux candidats et sur quelles dimensions tel ou tel a pu s’appuyer pour se

différencier des autres compétiteurs. En février 2007, la structure d’image d’Olivier

Besancenot offre un profil très spécifique puisque, si c’est celui qui (avec Marie-

George Buffet) a le moins «

l’étoffe d’un président de la République », il est dans

le même temps (et un lien de cause à effet existe sans doute pour de nombreux

Français entre ces deux éléments...) celui qui apparaît le plus honnête (encore une

fois avec un score très proche de celui de la candidate communiste). Précisons qu’ici

le terme « d’honnêteté » renvoie davantage au registre politique et idéologique (il

croit en ce qu’il dit) qu’au registre moral ou judiciaire. Sans doute que la fidélité

aux mêmes messages et que la cohérence de la ligne politique réaffirmée tout au

long de la campagne sont venues renforcer cette dimension d’honnêteté. On notera

d’ailleurs que c’est uniquement sur ce registre que l’image d’Olivier Besancenot a

connu quelques changements au cours de la campagne puisque 65 % des Français

l’estimaient « honnête » à l’automne 2006 contre 75 % en février 2007.

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 6

www.jean-jaures.org

Février 2007 : les traits d’image associés aux principaux candidats

à l’élection présidentielle

Se dégage alors l’idée d’un candidat sincère et convaincu mais ne faisant pas partie

de l’establisment politique et du cercle des politiciens professionnels. Cette image

est renforcée par une assez grande proximité : il se classe ainsi en seconde position

derrière François Bayrou, sur un registre certes différent, sur l’item « il comprend

les problèmes des gens comme vous ». Il est intéressant de constater que, sur cette

capacité d’empathie et de prise en compte des problèmes, le porte-parole de la LCR

surclasse ses rivaux de gauche (Marie-George Buffet et Ségolène Royal) parmi les

enseignants et les ouvriers, catégorie dans laquelle Le Pen est aussi très nettement

distancé tout comme chez les chômeurs où Olivier Besancenot fait aussi bien que les

représentants du PC et du PS.

La capacité de différents candidats à comprendre les problèmes des gens

selon certaines catégories de la population

Enfin, relevons que les cadres supérieurs et les professions libérales lui accordent

la même capacité que Ségolène Royal à comprendre leurs problèmes. Et si Olivier

Besancenot apparaît comme un « pur » il n’est pour autant pas perçu comme un

« dur ». En effet, 61 % des Français estimaient certes qu’il « voulait vraiment changer

les choses » mais seuls 30 % déclaraient qu’il les inquiétait.

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 7

www.jean-jaures.org

La campagne présidentielle a donc modifié certains aspects de l’image personnelle

du candidat de la LCR, elle a aussi et surtout sensiblement amélioré qualitativement

sa popularité comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous.

L’évolution de « l’excellente opinion » d’Olivier Besancenot : une progression

très sensible après la présidentielle

Dans le Tableau de Bord Ifop/

Paris-Match, « l’excellente opinion » permet de quantifier

la proportion de l’électorat la plus en phase et la plus proche d’une personnalité,

ce qui s’apparente assez à ce que l’on pourrait qualifier d’un « noyau dur fidélisé».

Pour autant, cet indicateur ne correspond pas à l’audience électorale. A quinze jours

de l’élection présidentielle, 10 % des Français avaient une « excellente opinion »

d’Olivier Besancenot, alors que le candidat n’allait obtenir qu’un peu plus de 4 %.

Il s’agit donc en fait davantage de l’électorat potentiel, c’est-à-dire un électorat qui a

de bonnes chances de pouvoir voter pour le candidat, dont il apprécie très fortement

la personnalité et les idées, mais qui ne s’interdit pas certains arbitrages comme par

exemple de voter utile.

Dans le cas d’Olivier Besancenot, il est intéressant de constater que « l’excellente

opinion » a connu une première poussée provisoire dans les mois qui ont suivi le

référendum pour se tasser ensuite avant de progresser sensiblement à la fin de la

campagne présidentielle sans redescendre depuis. Cet indicateur a même connu une

nouvelle progression, certes plus légère, à partir du mois de février 2008, durant la

campagne des municipales et au moment où la défiance contre Nicolas Sarkozy a été

la plus importante. C’est désormais 12 à 13 % de Français qui ont une « excellente

opinion » d’Olivier Besancenot contre 4 à 5 % en 2003 et 2004…

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 8

www.jean-jaures.org

Une géographie électorale qui confirme l’implantation

de la LCR

Révélation de la présidentielle de 2002, Olivier Besancenot et son organisation ont

transformé l’essai en arrivant en tête des candidats situés à la gauche du PS en

2007. Après avoir devancé le PC dès 2002, c’est maintenant Arlette Laguiller qui

s’est s’inclinée devant le nouveau porte-drapeau de l’extrême-gauche. Ce passage

de témoin s’observe assez nettement sur la carte. Alors qu’en 2002, la géographie

électorale d’Olivier Besancenot était assez spécifique, elle rappelle aujourd’hui assez

nettement la carte historique de l’implantation du PC.

Le candidat de la LCR obtient ainsi ses meilleurs résultats dans le Nord-Pas-de-

Calais, la Picardie, les industrielles Seine-Maritime et Ardennes. A cela s’ajoute la

Lorraine métallurgique et les bastions communistes anciens du Centre-Bretagne et

du Centre de la France (Indre, Cher, Haute-Vienne, Allier et Puy-de-Dôme). La

captation d’héritage opérée par le jeune postier concerne aussi sa concurrente de

Lutte Ouvrière qui le voit prospérer dans des zones à forte concentration ouvrière où

elle régnait jusqu’ici sur la gauche du PS. C’est le cas de la région de Caen, du Mans,

et des arrière-pays nazairien et belfortin. Mais parallèlement à cette percée dans

les fiefs communistes ou les zones de force de LO, le candidat de la LCR conserve

également son implantation de 2002, qui était davantage concentrée dans le grand

Sud et spécifiquement dans des zones pauvres et de montagne : massif pyrénéen,

Cévennes et Alpes de Haute-Provence. C’est cet alliage d’un vote radical, ancré les

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 9

www.jean-jaures.org

terroirs pauvres de la France du sud, et du vote « révolutionnaire » de la France du

Nord industriel, qui lui a permis d’assurer son hégémonie sur la gauche de la gauche

en captant un électorat ouvrier qui lui faisait jusque là défaut.

Entre 2002 et 2007, la dynamique du vote Besancenot s’est principalement

concentrée dans la moitié nord du pays soit là où Arlette Laguiller

le devançait largement en 2002.

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 10

www.jean-jaures.org

Les municipales 2008 : nouvelle illustration de la

structuration progressive de l’électorat de la LCR

La Ligue Communiste Révolutionnaire a obtenu en moyenne 4,6 % au premier tour

des municipales dans les 87 villes de plus de 10 000 habitants où elle se présentait.

Ce score moyen cache de profondes disparités avec des résultats oscillant entre

15,3 % à Quimperlé et 1 % à Besançon ou 1,4 % à Toulon par exemple. Si les

résultats de la LCR sont donc à « géographie variable », l’organisation d’Alain Krivine

peut néanmoins se réjouir d’avoir supplanté les autres formations d’extrême-gauche.

S’appuyant sans doute en partie sur l’image et la popularité d’Olivier Besancenot qui

avait largement devancé Arlette Laguiller et Gérard Schivardi lors de la présidentielle,

la LCR dépasse Lutte Ouvrière dans 47 des 48 duels qui les opposaient.

Rappelons qu’aux municipales de 2001, LO s’était imposée dans 18 duels sur 25.

Ce renversement de tendance était relativement attendu dans des villes étudiantes

comme Rennes, Grenoble ou bien encore le 18ème arrondissement de Paris où la

sociologie de la population locale est plus favorable à la LCR qu’à LO, mais cette

dernière est également très largement distancée par l’autre organisation trotskyste

(4,6 % contre 14,6 %) à Sotteville-lès-Rouen, cité ouvrière et cheminote. Un autre

critère permet de mesurer la prédominance nouvellement acquise par la LCR sur

la « gauche de la gauche » : elle obtient en effet en moyenne 69 % du total des voix

d’extrême-gauche dans les communes où elle se présentait face à LO et/ou au Parti

des Travailleurs.

Les zones de force de la LCR correspondent pour certaines à des villes où l’implantation

de l’extrême-gauche est relativement ancienne. C’est le cas par exemple à Sotteville

(14,6 % en 2008, 10,5 % pour le total extrême-gauche en 2001), Clermont-Ferrand

(13,8 % contre 13,7%), Louviers (10,4 % contre 10,1 %) ou bien encore Lormont

(10,4 % contre 11,5 % à l’époque). Mais des percées ont également été enregistrées

dans des communes où l’extrême-gauche était absente en 2001 : Rezé, Bar-le-Duc

ou Foix par exemple. Le profil des villes ayant accordé de bons scores aux listes de

la LCR lors des municipales est assez diversifié. On retrouve des communes à forte

tradition ouvrière (Clermont-Ferrand, Louviers) où Olivier Besancenot est parfois

venu soutenir des luttes sociales (comme lors de la grève des agents SNCF du dépôt

de Sotteville sur les régimes spéciaux, ou avec le gréviste du centre de tri postal de

Saint-Brieuc). La LCR obtient aussi de bons résultats dans des villes populaires de

gauche situées à la périphérie des grandes agglomérations bordelaise (Cestas, Pessac,

Lormont, Cenon) ou nantaise (Rezé). En région parisienne, la Ligue enregistre des

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 11

www.jean-jaures.org

scores significatifs dans certains bastions communistes de l’ancienne ceinture rouge :

en Seine-Saint-Denis (7,6 % à Saint-Ouen et 6,3 % à Montreuil), mais aussi dans le

Val-de-Marne (7,8 % à Ivry et 7,1 % à Choisy-le-Roi) ou les Hauts-de-Seine (9,5 % à

Gennevilliers). On pourrait également citer ici le cas de Ploufragan, fief communiste

des Côtes-d’Armor où la LCR atteint 8,5 %. Pour autant, toutes les places fortes du

PC n’ont pas réservé le même accueil aux listes soutenues par Olivier Besancenot

qui n’ont ainsi recueilli que 3,8% à Nanterre, 4,3% au Blanc-Mesnil et 4,5% à

Nanterre.

Si la sociologie et les traditions politiques locales jouent donc un rôle important,

l’offre politique existant au premier tour est encore plus déterminante et permet

assez bien d’expliquer les variations des résultats de la LCR comme le montre le

tableau suivant. Dans les communes où elle n’était en concurrence avec aucune

autre liste d’extrême-gauche, cette dernière voit ainsi passer son score moyen de 7 %,

quand la gauche de gouvernement (PS/PC/Verts) était rassemblée, à 3,4 % quand

plusieurs listes de cette gauche étaient présentes.

Une influence importante de la configuration politique

du premier tour sur le score de la LCR

Dans les villes où la LCR était en concurrence avec une ou des listes d’extrêmegauche,

son score moyen est quasiment identique que l’ex-gauche plurielle soit

rassemblée (4,5 %) soit divisée (4,2 %). Si la concurrence d’autres listes d’extrêmegauche

a donc été dommageable au score de la LCR, ce dernier a encore été davantage

impacté par la présence ou non de plusieurs listes de la gauche de gouvernement. On

constatera, de fait que dans les trois villes où le parti d’Olivier Besancenot a obtenu

ses meilleurs scores (Quimperlé, Sotteville-lès-Rouen et Clermont-Ferrand), on ne

comptait qu’une seule liste de gauche « classique ». Tout se passe donc comme si

cette configuration d’une gauche rassemblée avait laissé un large espace à la LCR,

qui avait alors vu venir à elle, hormis ses soutiens traditionnels, des électeurs de

gauche insatisfaits de ce remake local de la « gauche plurielle » jospinienne.

une menace

bien réelle

Evolution de la popularité

et de l’implantation

d’Olivier Besancenot

NOTE n°2 - Fondation Jean-Jaurès - 17 juillet 2008 - page 12

www.jean-jaures.org

Plus globalement, on voit ainsi depuis quelques années se structurer, scrutin après

scrutin, une offre politique à la gauche de la social-démocratie réformiste, à l’instar

de ce que l’on observe outre-Rhin avec l’apparition de Die Linke, formation alliant les

anciens communistes du PDS et des déçus du SPD et qui est aujourd’hui représentée

dans dix parlements régionaux.

A l’heure où le Parti socialiste débat sur sa stratégie d’alliance et sur l’opportunité de faire

sien un certain libéralisme après avoir définitivement et officiellement abandonné la

référence révolutionnaire, le courant politique incarné par Olivier Besancenot pourrait

alors se voir ouvrir de nouvelles perspectives, notamment si le train des réformes

sarkozystes continue au même rythme. Engendrant mobilisation et radicalisation

éparses dans différents secteurs de la société, la « rupture » pourrait amener certaines

clientèles de gauche (enseignants, fonctionnaires, syndicalistes, précaires) à se tourner

vers le Nouveau Parti Anticapitaliste, incarnant le mieux l’opposition frontale au

sarkozysme.

Le vote utile, dont on a vu l’efficacité en 2007, pourra certes endiguer partiellement

ce phénomène, mais le saut qualitatif opéré par Olivier Besancenot, dont la stature

politique et médiatique s’est nettement développée, devrait rendre plus légitime que

par le passé l’option d’un vote en sa faveur. Les résultats du second tour des dernières

élections municipales, dans les villes où la LCR s’est maintenue, pourraient d’ailleurs

constituer une illustration de la légitimité accrue de ce vote. Ainsi, loin de s’effondrer

entre les deux tours, le score de la liste d’extrême-gauche est passé de 13,8 % à 15,3 %

à Clermont-Ferrand et il est resté stable à Concarneau (11,8 % à 12,1 %). Dans cette

dernière ville, le maintien de cette liste a d’ailleurs fait perdre la gauche tout comme à

Quimperlé. Dans d’autres communes, ce sont des reports imparfaits des voix d’extrêmegauche

qui ont empêché la liste de gauche de gagner (Saint-Brieuc) ou l’ont fait perdre

la mairie (Morlaix). Ces cas non isolés ne sont pas pour autant légion et la qualité

des reports a été assez bonne dans la plupart des villes. Rappelons également, que

selon l’enquête post-électorale de l’Ifop pour le Cevipof, 76 % des électeurs d’Olivier

Besancenot déclarent avoir voté pour Ségolène Royal au second tour, 12 % pour

Nicolas Sarkozy et 12 % ont préféré s’abstenir. Ces chiffres montrent bien que dans

une configuration de second tour, le PS peut toujours compter sur les reports des voix

d’extrême-gauche même s’ils ne sont plus aujourd’hui aussi automatiques que par le

passé ce qui, associé à une progression de son score au premier tour, vient accroître la

capacité de nuisance de la LCR.

Publié dans Besancenot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article