Le Parisien : NPA article du 30 juin

Publié le par EMINEM cgtmci@free.fr

Le "Nouveau parti anticapitaliste" sur les rails,
de façon "irréversible"
 
Le "Nouveau parti anticapitaliste", qui doit succéder à la LCR d'Olivier Besancenot, a été mis sur les rails de façon "irréversible" dimanche, avec pour marque de fabrique "l'indépendance vis-à-vis du PS".  (Jacques Demarthon - AFP)

Le "Nouveau parti anticapitaliste", qui doit succéder à la LCR d'Olivier Besancenot, a été mis sur les rails de façon "irréversible" dimanche, avec pour marque de fabrique "l'indépendance vis-à-vis du PS".

"Le contrat est rempli, le processus est irréversible: en 2009 il faut compter avec une nouvelle formation", a affirmé l'ex-candidat à la présidentielle, à l'issue de la rencontre samedi et dimanche en Seine-Saint-Denis de 800 délégués venus de toute la France, représentant quelque 300 comités, forts selon la LCR de quelque 10.0000 militants.

"Le succès dépasse nos espérances", a lancé le jeune postier, en saluant "un acte fondateur fort". Pour lui, désormais "la gauche radicale anticapitaliste peut changer d'échelle", avec un espace à conquérir à gauche du PS.

"On n'est pas condamné à vivre dans une réserve d'Indiens" et "l'extrême gauche ce n'est pas ce qui qualifie" le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), a assuré Olivier Besancenot, dont la popularité croissante dans les sondages peut servir de fond de commerce à la nouvelle formation.

"La marque de fabrique du nouveau parti est sa totale indépendance vis-à-vis du PS", a-t-il souligné, un credo qui est revenu dans toutes les bouches et qui est aussi gravé dans l'appel adopté par les délégués.

Ce que résume la profession de foi du "NPA": "construire une gauche de combat anticapitaliste, internationaliste, antiraciste, écologiste, féministe, révoltée par toutes les discriminations".

M. Besancenot a toutefois assuré que la manoeuvre n'était pas dirigée contre le PS mais présentait "un projet alternatif", alors que le porte-parole du PS, Julien Dray, l'a mis en garde dimanche contre une "envie de certains" de "l'instrumentaliser pour créer l'idée qu'il y aurait désormais deux gauches".

Mais pour Alain Krivine, fondateur historique de la LCR en mai 68, le succès de la démarche découle en bonne partie de l'espace libéré par le PS: "Olivier Besancenot apparaît comme le meilleur dirigeant contre Sarkozy, alors que le PS est muet ou même complice" du gouvernement, notamment sur la question "des retraites".

"NPA" étant une dénomination provisoire, le nom du nouveau parti sera choisi lors de son congrès de fondation en janvier 2009, par un vote des militants.

L'organisation de la nouvelle formation n'a pas encore été décidée mais "il n'y aura pas de président, ni de secrétaire général -ce n'est pas le genre de la maison- il y aura une direction collégiale avec des porte-parole", a souligné M. Besancenot ... qui de toute évidence en fera partie.

Un grand défi pour le parti trotskiste est d'associer les non membres LCR à tous les chantiers - définition du programme comme des statuts. Un collectif d'animation de 60 personnes -dont seulement 20 LCR- a été mis en place pour piloter le passage au nouveau parti, mais à la direction de la Ligue on admet que, même minoritaire, celle-ci va peser lourd dans les décisions.

Pour l'heure, "la seule force organisée nationalement" engagée dans cette initiative est la LCR, reconnaît M. Besancenot. Une tendance minoritaire de Lutte ouvrière l'a toutefois rejoint en observateur.

 

 

Le Parisien , dimanche 29 juin 2008, 19h05

Publié dans NPA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article