Pour signer l'appel : Louis Sénéchaud CUAL Paris 20ième

Publié le par EMINEM cgtmci@free.fr

 Bonjour,

Quittant Paris d'ici quelques semaines, je ne suis pas candidat pour représenter la coordination parisienne lors de la prochaine CNA, et je viens donc ici vous dire un au revoir (mais non, j'espère, un adieu).

Je voudrais vous dire le plaisir que j'ai eu à partager avec vous les débuts de cette expérience originale que constitue la mise en œuvre de la charte de fonctionnement adoptée par nos Assises, et dont la CNA est un des éléments-clés. Certes tout n'est pas parfait encore dans notre fonctionnement, mais je trouve très encourageant que la CNA et sa liste soient devenus un lieu de débat important pour la réflexion collective de notre mouvement, et je formule de très vifs espoirs que la CNA de la fin mai soit utile et constructive, favorisant par là-même l'efficacité et la sérénité de la prochaine coordination nationale. Nous sommes en train d'inventer concrètement des modes de fonctionnement très neufs pour un mouvement politique, et cela même est une entreprise extrêmement stimulante, à laquelle nous sommes, je crois, tous et toutes très attaché-e-s, quels que puissent être nos débats, et en raison même de ce que la  poursuite et l'approfondissement de ces débats est la condition impérative pour avancer dans la construction de ce projet d'alternative au néo-libéralisme qui nous réunit et nous motive.

J'en profite pour dire quelques mots très brefs sur le sujet qui nous occupe principalement actuellement : l'appel de Politis. Je partage entièrement les critiques politiques dont cet appel a fait l'objet : manœuvres des "naufrageurs" de l'ancien CIUN qui "grenouillent" aujourd'hui dans MAG, avec comme corollaires l'exclusion a priori du NPA, des communistes unitaires et de nous-mêmes (si nous n'y avions pas mis bon ordre), tentative de remise en marche des cartels d'organisation qui ont montré leur incapacité répétée à construire l'unité (le CNR en étant le dernier exemple), démarche "haut vers le bas", surestimation des "personnalités parisiennes" par rapport au travail militant de terrain, ignorance du mouvement social et citoyen (quoique Denis Sieffert y fasse référence dans son "mode d'emploi"), et surtout faiblesse politique générale du texte de l'appel.

Il n'empêche. Nous devons maintenant, me semble-t-il, en tant que force politique, savoir faire la part de l'analyse politique et de la tactique. Nous sentir en mesure de prendre part à une initiative qui, certes, ne nous comble pas, mais d'y prendre part cependant, parce qu'elle va clairement dans le sens de cette unité qui est notre premier objectif, et qu'elle sera ressentie comme telle ; d'y aller tout en disant clairement, sans ambiguïté, ce qui ne nous plaît pas, dans le but justement de nous opposer aux manœuvres et aux dérives ; pour se les coltiner de l'intérieur, et non pas en restant confortablement à l'extérieur dans une posture de "mains propres" qui nous conduirait très rapidement à la marginalisation et à la groupusculisation. Avec nos 150 collectifs et nos quelques 2000 militants, nous pesons bien autrement que les individualités et les micro-partis ou courants qui constituent MAG. Nous sommes en capacité d'imprimer notre marque au mouvement, et dès lors d'en faire un marchepied vers les États Généraux que nous préconisons. Une des premières conditions de notre participation serait évidemment, loin d'exclure maladroitement le NPA, comme l'a fait MAG, d'exiger au contraire que l'initiative lui soit ouverte et l'offre faite d'y participer activement, car il est urgent, au-delà de sa rhétorique, de le mettre au pied du mur de ses responsabilités unitaires. N'avons-nous pas là une occasion unique de le faire ?

Si nous sommes capables d'aller courageusement et avec décision dans le sens d'une participation critique à l'initiative de Politis, les grenouilleurs et autres naufrageurs parisiens et de tous poils seront rapidement dépassés et neutralisés par la force de l'aspiration populaire à l'unité à qui nous avons le devoir d'ouvrir des perspectives. Voici l'occasion unique qu'il faut saisir, il nous faut maintenant être suffisamment fins et lucides tout à la fois pour participer en toute clairvoyance à cette initiative, avec nos propres objectifs et sans les trahir aucunement, et avec suffisamment de confiance en nous-mêmes et en notre propre force pour ne pas craindre d'être "manipulés" par quelques poignées de politiciens qui ne représentent qu'eux-mêmes. Nous avons mûri depuis 2006, nous sommes fort-e-s de notre expérience, nous ne nous laisserons évidemment pas manger une deuxième fois à la même sauce.

Je vais m'établir en Saône-et-Loire, les collectifs y sont plus ou moins en sommeil, mais j'espère qu'ils se ranimeront, et je continuerai de toutes façons à suivre de près notre mouvement, et à participer aux coordinations nationales au moins en tant qu'observateur. Je suis sûr d'avoir l'occasion de continuer à travailler avec nombre d'entre vous, nos routes se croiseront nécessairement.

Et bon courage pour entretenir la flamme de la résistance et de la construction d'autres rapports sociaux et à la nature !

Amicalement,

Louis

Publié dans Appel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article